Marla

468_60_1

Elle a peu tourné, mais vous la connaissez vraisemblablement pour l’avoir vue dans des émissions de télé, entendue à France Inter ou parce que vous avez lu le portrait en quatrième de couverture que Libération lui a consacré. C’est Judy Minx qui me l’a présentée il y a trois ans, place de la République, durant une manif du STRASS ( syndicat des travailleurs(euses) du sexe) contre la pénalisation des clients des prostituées. La demoiselle était, dans le désordre : rousse, mutine, étudiante à Sciences-Po Grenoble, escort, prostituée dans des bars à bouchon, intelligente et drôle et elle avait une énorme envie de compléter sa panoplie de fille politiquement incorrecte en devenant actrice porno.

image

Quelquess jours après cette rencontre, je lui faisais tourner ses premières scènes, une avec moi, une avec Titof et Phil, elle se trouvait un pseudonyme : Marla. A cause de Marla Singer — Helena Carter Bonham dans Fight Club, vous vous souvenez ? — Bien trouvé. Marla est une bagarreuse, prendre des coups ne lui fait pas peur. Si le Fight Club avait réellement existé, elle en aurait été un membre fondateur.

Voici la page de Marla sur mon site explicite-art.com, pour que vous voyiez tout ce que nous avons fait ensemble.

Elle m’a plu, cette petite nana-là, et je lui ai sans doute plus un peu aussi car, le soir de sa première journée de tournage, elle mangeait à ma table et dormait dans mon lit. — ou l’inverse, c’est pareil — On a été un couple, un peu, parfois, on a partagé des plaisirs, des voyages en Crête, à Madagascar, et puis on n’a plus été un couple. Le vieux crocodile et la jeune panthère, ça ne pouvait pas durer. Mais on est restés très copains.

image

Durant toute notre relation et à chaque fois qu’on discutait, je tentais de la dissuader de faire de son métier — la prostitution — une cause publique. « Tu as vingt ans, lui disais-je, pour l’instant, la provocation t’amuse, mais tu auras quinze autres vies après cette vie-là. Ne te coupe pas aujourd’hui des routes que tu auras peut-être envie d’emprunter demain. Reste dans l’ombre, ne t’expose pas dans des interviews et des sujets télé. » Peine perdue. Marla a une âme d’égérie, de porte-drapeau. Cette ingénue libertine est du bois dont on fait les Jeanne d’Arc.

image

Elle n’avait jamais tourné dans un de mes « gros » films. Cette fois, j’avais pris soin d’écrire un rôle pour elle.

A suivre.

Plus de vidéos et de photos ? www.explicite.com ou mieux, www.explicite-art.com

Marla
5 (100%) 11 votes

7 commentaires Ajoutez le votre

  1. marla dit :

    Merci beaucoup pour ton article qui me touche énormément. Notre rencontre a beaucoup compté dans ce que je suis actuellement (en positif bien sur!) et je suis heureuse de te compter parmi mes amis.
    Prend soin de toi. Vive la méditation et le moment présent 🙂 je t’embrasse

    1. yo dit :

      Quelle bombe , ou en es ta carriere, je ferais bien une aidition avec toi

    2. LN dit :

      Je suis une étudiante de 19ans et j’ai souvent pensé à me lancer dans l’escorting, mais j’ai peur de débuter seule….
      Je trouve super le fait que tu es CHOISI ce que tu voulais faire.

      1. John B. Root dit :

        Hmmmm. Tu as raison de te méfier. C’est moins simple que ça en a l’air. Contacte-moi en privé si tu veux me poser des questions. john (at) explicite-art.com

      2. Pierre dit :

        Se lancer dans l’escorting et abandonner ses études? Tu gagneras plein d’argent, qu’il faudra déclarer. Tu ne déclares pas? Tu n’auras pas de retraite plus tard. Et oui. Sans compter un contrôle fiscal, l’argent reçu en liquide par millier d’euros chaque semaine, ça ne passe pas inaperçu sur un compte bancaire.

        Etudiante, se faire un ou deux client par semaine puis arrêter une fois qu’on bosse, mais c’est dur. On a pris le pli de l’argent « facile ». Une heure de baise, bien payée ou avoir le même montant pour une journée ou plus de travail? Et les années passent et on vieillit, on devient moins appétissante, les petites jeunes arrivent chaque année sur le marché. Donc c’est pas éternel ce métier.

        En plus les risques d’agression, les maladies sexuellement transmissibles, cacher à son entourage. Comment avoir un petit ami, faire sa vie avec un homme, se projeter dans l’avenir et avoir un enfant, une maison? Vous croyez trouver un homme qui va accepter que votre boulot ça soit de partir baiser? « Tu as fait quoi ma chérie aujourd’hui? ». « Oh une petite sodomie avec un gros porc qui m’a bien défoncé le cul et un autre gringalet timide dont le sperme à très bon goût en revanche ».

        Un bon conseil: n’entrez pas là-dedans, vous mettez le pied dans un engrenage infernal dont peu en ressortent indemnes. Alors on aura toujours l’exemple de Marla ici-même ou d’une autre qui réussissent. Combien sont en dépression au bout de quelques mois/années? Se droguent, sont seules, etc…

        Continuez vos études, vous vous rappellerez de mon message dans quelques années.

        1. John B. Root dit :

          Mmmmmh. Humaniste mais un peu shématique, Pierre. Je connais tant d’escortes… Et autant d’histoires différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *