Mangez-moi

Le tournage de « Dis-moi que tu m’aimes » avait été cahotique, frénétique, bordélique et, l’année suivante, j’aspirais à tout le contraire : un tournage posé, caméra sur pied, une image soignée et des conditions de travail sereines. Dans mon casting idéal, j’avais Liza del Sierra  — avec qui je n’avais jamais fait de gros film — Nikita Bellucci qui venait juste de débuter, la merveilleuse Coco Charnelle, Jasmine Arabia — dont j’avais fait la connaissance au printemps — Katia dé Lys — quel corps sublime ! et des garçons de qualité. Que pouvais-je donc faire avec une belle équipe comme celle-là ?

De gauche à droite: Phil Hollyday, Mike Angelo, Pauline Cooper, Katia dé Lys, Coco Charnelle, Liza del Sierra, Mademoiselle Lilith, Jasmine Arabia, Rico Simmons, Michael Cherrito, Titof.
De gauche à droite: Phil Hollyday, Mike Angelo, Pauline Cooper, Katia dé Lys, Coco Charnelle, Liza del Sierra, Mademoiselle Lilith, Jasmine Arabia, Rico Simmons, Michael Cherrito, Titof.

Comme d’habitude, j’ai commencé à rêver du film, à le laisser venir en moi sans le forcer. En rêve, je voyais une grande maison dans le Sud, un huis-clos, la mort qui rôde, un couteau, un revolver, un personnage de femme-cannibale. Une sorte de Cluedo psychanalytique sous le soleil. J’en ai parlé au responsable des achats adultes de C+. « Est-ce que je peux faire un polar porno, avec un personnage qui meurt de mort violente ? » « Oui, m’a-t’il répondu, à condition que ce ne soit pas gore. Pas de sang, pas de violence à l’image et pas d’arme. » Pas d’arme ? Et le revolver de mes rêves, alors? C’était un personnage important de l’histoire. Je savais même lequel je voulais. Un Smith & Wesson 357 Magnum. J’en avais trouvé un très beau à louer chez Regifilm à côté du bureau.

Smith & Wesson 357 Magnum.
Smith & Wesson 357 Magnum.

« Ok, ai-je répondu. On tournera deux versions des scènes avec le flingue. Une avec le vrai Smith & Wesson, une autre, parodique, avec un pistolet en plastique. Et tu choisiras. »

En fait, on n’a jamais eu à utiliser les versions avec le pistolet à eau. Le service juridique de la chaîne n’a rien trouvé à redire à la version « normale ».

Pourquoi un polar ? Pourquoi cette nymphomane qui meurt ? Ne cherchez pas. Je sortais de trois ans de psychanalyse et j’étais en hypnothérapie toutes les semaines. J’ai utilisé ce qui se trouvait dans mon crâne à l’époque pour fabriquer une histoire. C’est le génialissime Christophe Bier qui a donné corps au personnage de l’hypnothérapeute avec un talent fou.

Le formidable Christophe Bier dans le rôle de l'hypnothérapeute.
Le formidable Christophe Bier dans le rôle de l’hypnothérapeute.

Et c’est mon ami O.M., auteur de bandes dessinées, qui a interprété le rôle du policier.

O.M., aka Roman Roquette, dans le rôle de l'inspecteur de police. Et Titof.
O.M., aka Roman Roquette, dans le rôle de l’inspecteur de police. Et Titof.

C’était la toute première fois qu’il faisait l’acteur et il a été merveilleux, quoi que sa modestie le pousse à en dire aujourd’hui. Son aventure avec nous, durant ce tournage, lui a inspiré un scenario pour une BD qui sortira prochainement. A suivre, donc.

Voici la bande-annonce du film.

Je continuerai mon récit de ce tournage dans un prochain post. Il y a encore beaucoup à raconter. Mais là, il faut que je prépare la maison et le matériel car, demain et après-demain je serai au travail à la bite et au couteau avec une petite nouvelle. Photos et récit de ces deux journées le plus vite possible.

Plus de photos, plus de vidéos ? www.explicite-art.com

Et n’oubliez pas : le numéro 21 de HOT Explicite consacré au tournage de « DES FILLES LIBRES » est toujours en kiosques. Collector !

couverture-hot-video-explicite-21

Donnez une note à ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *