Photos de studio.

Lola Rêve. Planche contact.
Lola Rêve. Planche contact.

Je reçois très fréquemment des questions à propos de mes photos de studio. Quel matériel utilises-tu ? Comment les fais-tu ? Ok. Je profite de ce blog pour vous donner quelques-un de mes trucs techniques qui sont, vous le verrez,  très basiques.

1. Essayons un shoot sur fond noir. Vas-y Lola, prête-nous ta silhouette de Lamborghini.

D’abord, éclairer le studio. J’utilise, depuis des années, les mêmes flashs Multiblitz. Un 400 joules et deux 1000 joules, avec des parapluies et des boîtes à lumière. En général, pour des photos glamour, j’utilise un éclairage classique, avec trois sources. Une source diffuse de face, deux sources plus dures et plus puissantes, en contre, à droite et à gauche. Il faut que ces deux sources placées à l’arrière « découpent » la silhouette du modèle pour donner du relief. Mais attention, débrouillez-vous pour que ces sources arrière ne viennent pas frapper votre objectif — vous ne devez pas les voir dans votre viseur — car sinon, vous aurez du « flare » et un contraste plus faible. Pour cacher ces sources, j’utilise des grands panneaux de polystyrène que je place à droite et à gauche.

Pénélope Tiger et Angell Summers. Studio blanc. On devine un panneau de polystyrène à droite et les deux contres Multiblitz à l'arrière sur les côtés.
Pénélope Tiger et Angell Summers. Studio blanc. On devine un panneau de polystyrène à droite et les deux contres Multiblitz à l’arrière sur les côtés.
Phil, Jessie, Graziella. Studio blanc. Pareil. Deux contres, une face. Deux polystyrènes.
Phil, Jessie, Graziella. Studio blanc. Pareil. Deux contres, une face. Deux polystyrènes.

Si je travaille sur un fond de papier noir, je tourne ces polystyrènes côté noir vers le modèle pour éviter que la lumière des contres ne revienne vers le modèle et n’éclaire le fond qui doit rester le plus noir possible. L’idéal est d’utiliser deux autres plaques de polystyrène noir que je place entre le flash et le fond pour empêcher que les contres ne « bavent » sur le fond par le côté. Clic-clac. Ca doit donner quelque chose comme ça :

1. La photo brute.
1. La photo brute.

Vous voyez, les contres « bavent un peu sur le fond, en bleu à droite et en rouge à gauche. Et, comme c’est une photo en RAW, les contrastes sont faibles. Le noir n’est pas noir, les zones claires ne sont pas assez lumineuses. Passons sur Photoshop pour dynamiser ça.

2. On « colle » les niveaux de noir, on remonte les hautes lumières. Attention à ne pas écrêter. On augmente la saturation. Ca doit ressembler à ça. On applique ce réglage à toutes les photos.

2. Hautes lumières, basses lumières. Les niveaux sont faits.
2. Hautes lumières, basses lumières. Les niveaux sont faits.

3. Y’a encore du taf pour obtenir quelque chose de regardable. Rajoutons du vignettage optique pour assombrir encore plus les bords. Saturons encore plus les effets rouges et bleus.

3. Un peu de "vignettage" sur les bords pour les perdre dans le noir. Je rajoute aussi de la saturation sur les rouges et les bleus.
3. Un peu de « vignettage » sur les bords pour les perdre dans le noir. Je rajoute aussi de la saturation sur les rouges et les bleus.

4. Finalisons. Passons à la retouche — le visage, le bleu sur la cuisse. Rajoutons plus de noir autour de Lola. (Dupliquer le calque, assombrir, masque de fusion et pinceau).

4. Retouche (la cuisse, le visage). J'assombris encore le décor.
4. Retouche (la cuisse, le visage). J’assombris encore le décor.

5. Et, si on est pinailleur, on peut aussi flouter le grain de la peau. Moi, je fais ça avec un calque en « lumière tamisée » sur lequel je fais un « passe-haut » que j’inverse. J’utilise le pinceau sur un masque de fusion pour peindre ce flou.

5. Encore de la retouche (outil fluidité), une couche de flou sur le grain de la peau. L'image est terminée. Temps du traitement : environ trois minutes par image.
5. Encore de la retouche (outil fluidité), une couche de flou sur le grain de la peau. L’image est terminée. Temps du traitement : environ trois minutes par image.

Voilà. Quelques minutes de boulot par image. Si vous avez — c’est mon cas — plusieurs dizaines d’images par set, allumez la radio, respirez par le ventre, ça va prendre du temps…

C’était une façon de faire une image. Il y en a des tas d’autres. En studio, en appartement, en extérieurs, avec des flashes, des réflecteurs, avec rien du tout. Avec un appareil pro ou avec un téléphone portable. Un conseil ? Si vous le pouvez, bossez en RAW, c’est le seul vrai format pro qui permet toutes les modifs. Et — quatrième accord toltèque — « Faites de votre mieux ». Ai-je répondu à votre question ?

Il est en kiosques, ne le ratez pas car il contient le DVD de l' »Intégrale Hard » de « Des filles libres ».

explicite23

Plus de photos, plus de vidéos ? www.explicite-art.com

Donnez une note à ce post

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Fazy dit :

    Hello,
    Merci pour les conseils .. bon faut aussi avoir le bon modele ..

    C’est moi ou y’a aussi retouche du ventre et de la poitrine ?

    Bon continuation !

    1. John B. Root dit :

      Exact. Un peu de retouche. Le minimum. Faut pas que ça se voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *