Je baise donc je suis

Il y a quelques semaines, je vous parlais de mes envies de faire du cinoche, de changer de mode de production et de mode de distribution, d’aller m’amuser dans les salles de cinéma, dans les festivals non pornographiques et sur les chaînes de télé avant minuit.

Je me suis souvenu que mon avant-dernier film, « Gonzo mode d’emploi » avait connu et connait encore un joli succès. Il a été projeté à Montréal, durant le Festival du Nouveau Cinéma, dans des salles de 500 personnes ; il est diffusé, encore aujourd’hui, par des télés dans le monde entier. En Corée, au Brésil, en Europe du Nord… J’ai donc envie de continuer dans cette voie, et de tourner un autre documentaire sur le porno. Mais, cette fois, un film plus ambitieux que « Gonzo », un film plus riche en personnages et en situations.

J’ai donc écrit un nouveau projet intitulé « Je baise donc je suis ». Dans ce nouveau docu-fiction destiné aux salles de cinéma — donc soft, sans organes sexuels visibles — je vais m’intéresser aux débutantes, aux libertines, à toutes ces femmes et jeunes femmes qui viennent tourner du X. Pourquoi le font-elles, comment va se passer leur première expérience ? Dès que le projet sera lancé, nous recruterons, par toutes les voies possible, une cinquantaine de débutantes à qui nous ferons tourner leur première vidéo X, avec l’aide de professionnel(le)s comme Nikita Bellucci, Rico Simmons, Mike Angelo, Angell Summers… Le documentaire montrera ces rencontres, cette aventure et fera le portrait en action de ces actrices débutantes. Sans jugements, sans commentaires, sans interviews journalistiques.

Afin de lancer la production de ce film, j’ai rempli un dossier sur le site www.kisskissbankbank.com. Vous connaissez le principe. Ce site permet de collecter de l’argent pour lancer la création de projets indépendants. Je ne sais pas si kisskissbankbank acceptera mon projet. Parler de sexe et de porno au cinéma, c’est assez gonflé, non ? On saura dans le courant de la semaine si ils valident »Je baise donc je suis ». Si ils acceptent, alors j’aurai besoin de vous tous et vous toutes pour faire le buzz et faire circuler l’info. John B. Root a besoin de vous pour faire du cinéma. « Devenez le mécène de « JE BAISE DONC JE SUIS » pour 20, 50, 10, 2000 ou 5000 euros. Et rejoignez toute l’équipe en invité VIP lorsque le film sera présenté en avant-première. » On aura 90 jours pour rassembler 20.000 euros. Si ils refusent…? Eh bien, ce sera une preuve de plus que l’on vit dans un pays de Tartuffes. Mais ils vont accepter, non ?

A suivre.

Et n’oubliez pas que le HOT Explicite n°23  est en kiosques, avec les jolies fesses d’Amel Annoga en couverture :).

HOT-VIDEO-EXPLICITE-23

Plus de photos ? Plus de vidéos ? Vous connaissez l’adresse : www.explicite-art.com, le plus gros site de contenu X en HD de France.

 

Donnez une note à ce post

3 commentaires Ajoutez le votre

  1. LucianoBDC dit :

    – John B. Root: « On aura 90 jours pour rassembler 20.000 euros. Si ils refusent…? Eh bien, ce sera une preuve de plus que l’on vit dans un pays de Tartuffes. Mais ils vont accepter, non ? »

    Qu’ils acceptent ou non (ce que je ne souhaite pas), comme disait l’autre, Son Altesse cavalière, Pierrot Cavalier (ex-brave de la maison VCV/Hot Vidéo) : « L’hypocrisie, tout comme le mensonge, sont les piliers essentiels des sociétés humaines. »

    Et le monde du porno, qui fait partie de la société et qui est composé d’êtres humains, n’échappe pas à cette règle humaine. Et d’après ma modeste eXpérience, j’aurais tendance à penser que le petit monde familial du X de notre beau pays n’est pas en reste.

    Ceci étant dit, bonne chance à l’opération « Je baise donc je suis » (pas comme un mouton).

  2. Faustine karel dit :

    Ha ben tu m’as écoutée finalement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *